Le stationnement en scooter

Comme pour les voitures, le stationnement des 2-roues et des 3-roues motorisés est devenu un véritable casse-tête dans les grandes villes. Le nombre d’emplacements réservés aux scooters et aux MP3 est encore largement insuffisant. Et dans le même temps, la tolérance dont les scootéristes bénéficiaient il y a quelques temps, a laissé place à une vague de verbalisation. Alors mieux vaut savoir comment s’y prendre pour éviter la « prune ».

Privilégiez les emplacements réservés

Cela va sans dire, essayez toujours de vous garer sur ou à proximité de ces emplacements réservés aux deux-roues. Evitez le stationnement sauvage sur le trottoir, d’abord parce que c’est le meilleur moyen de repartir avec 35 euros d’amende, ou pire, de repartir à pied…

Ensuite, parce que les trottoirs sont réservés aux piétons et que les poussettes ou encore les personnes handicapées ont besoin de plus d’espace pour pouvoir circuler.

Evitez les emplacements pour les voitures

Nous vous déconseillons également d’empiéter sur le terrain de stationnement des automobilistes. En vous garant le long de la chaussée comme une voiture, vous risquez encore une fois une amende, mais surtout les foudres d’un automobiliste stressé et excédé de ne pas trouver de place… Il risquerait de déplacer votre 2-roues sans aucune précaution.

De même, le stationnement en épi entre les voitures est plutôt risqué. L’art du créneau en douceur n’étant pas maitrisé pas l’ensemble de la population automobiliste (loin de là), vous risquez de retrouver votre engin en piteux état.

Enfin, une petite astuce :

Sachez qu’en règle générale, les employés des fourrières ont comme consignes de ne pas s’attaquer aux « U » ou aux chaines qui relient les 2-roues au mobilier urbain.

Cela ne veut pas dire pour autant que ça n’arrive jamais. Mais ça peut dépanner !

En cas de sinistre
Se prémunir contre le vol